Accueil

programme definitif - flyer - programme

Lundi 13 janvier, matin. Quel débat démocratique à l’heure de l’urgence écologique ?

9h Accueil.

9h15 Ouverture. Jean-Paul Deléage.

10h00 / 12h00 Ateliers

Atelier 1. Amphi Buffon. Marx est-il nécessaire pour penser l'écologie politique ? Présidence Manuel Cervera-Marzal

  • S. Latouche (économiste, Université Paris Sud)
  • Eloge de la "croissance des forces productives" ou critique de la "production pour la production" ? Le "double Marx" face à la crise écologique. A. Jappe (philosophe, écrivain)
  • Marx et l'écosocialisme, M. Löwy (sociologue, CNRS)
  • Penser l’économie politique pour penser l’écologie politique ? Une réflexion à partir de l’œuvre de Serge Latouche. O. Gun & F.-D. Vivien (économie, Université de Reims Champagne-Ardennes)

Atelier 2. Salle RH02A. Urgence sociale ou écologique ? Présidence Fabrice Flipo

  • Fonder l’écologie politique. G. Desguerriers (société civile - UFAL, Union des Familles Laïques)
  • Peut-on vouloir rompre avec le productivisme sans renoncer à l’Etat-providence ? L. De Briey (philosophie, Université de Namur)
  • Difficile écologie politique au Japon d’après-Fukushima. Y. Tonaki (philosophie, Université Tokyo / CSPRP Paris 7)
  • Temporalités Politiques et écologiques. Confrontations et limites. B. Villalba (sciences politiques, Sciences Po Lille)

Atelier 3. Salle RH04A. Le rapport des écologistes à la politique. Présidence Rémi Zanni

  • De la naissance des partis verts au développement d’un clivage productivistes/écologistes. Un regard de science politique sur l’écologie politique. ( F. Gougou & S. Persico, sciences politiques, Sciences Po Paris)
  • Le politique à l’épreuve de l’écologie : une perspective des SHS . A. Grisoni (sociologie, ENS Lyon) & R. Sierra (philosophie, Université de Francfort-sur-le-Main)
  • Governmentality studies et écologie politique . P. Sauvêtre (sciences politiques, IEP Paris)
  • Définir l’écologie politique par l’étude de la stratégie des acteurs : le cas de l’écologie dans le milieu des catholiques en France . L. Bertina (sciences politiques, EPHE)

Atelier 4. Salle RH02B. Face aux réponses de la technocratie. Présidence Philippe Boudes

  • Science et délibération publique: réflexions à partir d'un avenir qui n'existe pas. E. Vecchione (économiste, EHESS)
  • Quand l’environnement disparaît, la nature reprend ses droits : déconstruire les dispositifs environnementaux pour redonner sa place aux usages de la nature . C. Barthélémy (sociologie, IRD)
  • Ce que la stratégie du mouvement antinucléaire apporte en propre . C. David (histoire des idées, Université de Rennes 2, CSPRP Paris 7)

Atelier 5. Salle RH04B. La nature vue du don. (à l’occasion du numéro du Mauss d’octobre 2013, Que donne la nature ?) Présidence Michelle Dobré

  • La nature donne-t-elle pour de bon ? L’éthique de la Terre vue du don . Ph. Chanial (sociologie, Paris Dauphine)
  • L’homme fait-il partie de la nature ? F. Flahaut (philosophie, EHESS)
  • Que donne la nature ? A. Caillé (sociologie, Paris 10)

12h-13h. Restitution des ateliers en Amphi Buffon.

 

Lundi 13 janvier, après-midi. Quelle place/attention l'écologie politique accorde-t-elle à nos vies, à nos corps ?

14h30-16h30 Ateliers.

Atelier 1. Amphi Buffon. Les choix techniques comme enjeu politique. Présidence Philippe Gruca

  • Les déchets : une nouvelle question politique. B. Hurand (philosophie)
  • L’écologie politique via l’alimentation , D. Kazic (sciences politiques, AgroParisTech)
  • L'écosophie de Félix Guattari : outils de transversalité pour situations écologie  : des ondes hertziennes aux ondes électromagnétiques. N. Prignot (philosophie, Université Libre de Bruxelles)
  • Le progrès technique comme révélateur de choix idéologiques : le cas des pesticides (1880-1970) . V. Chansigaud (histoire, Paris 7)

Atelier 2. Salle RH02A. Repenser la ville. Présidence Malcom Ferdinand

  • Une approche pragmatiste de l’écologie industrielle : réflexions sur la question des interactions entre l’économie et la nature . C. Beaurain (urbanisme, Université de Limoges)
  • Approche de l’écologie politique à partir de l’idée d’adaptation aux limites : apport de la dimension immatérielle dans les méthodologies d’aménagements du territoire . H. Naranjo (géographie, Université de Nantes)
  • L’écologie politique, de la critique de la technologie à la constitution d’un véritable projet politique . A. Diemer (économie, Université de Clermont-Ferrand)

Atelier 3. Salle RH04A. Redéfinir les missions de l’entreprise. Présidence Anahita Grisoni

  • Apports et rapports mutuels de la gestion et de l'écologie politique : essai d'articulation par la comptabilité . C. Feger (gestion de l’environnement, AgroParisTech) & A. Rambaud (sciences de gestion, Paris Dauphine)
  • Différentes écologies: Entreprise et leurs alliances avec populations amazonienne . M. Dos Santos Ribeiro (anthropologie, Université de Sao Paolo)

Atelier 4. Salle RH02B. Des sciences naturelles à l’écologie politique. Présidence Bruno Villalba

  • «  Faire de la science » interdisciplinaire : complication essentielle ou superflue ? Exemple d’un cas d’étude de récifs artificiels en Languedoc-Roussillon . A. Tessier (biologie marine, Seaneo), E. Asan, N. Dalias et Ph. Lenfant (sociologie, Université de Perpignan)
  • Pourquoi faire “appel à Gaïa” pour fonder une écologie politique ? S. Dutreuil (philosophie, Université Paris 1)
  • Les pratiques cynégétiques en France et leurs sociologies. Un objet scientifique du clivage quant aux écologies politiques. C. Baticle (socio-anthropologie, Université de Picardie)

Atelier 5. Salle RH04B. Atelier Natures Sciences Sociétés - Politiques de la recherche. Présidence Fabrice Flipo

  • C. Millier (biomathématique, AgroParisTech)
  • M. Jollivet (sociologie, INRA)

16h45-18h. Restitution des ateliers en Amphi Buffon.

 

Mardi 14 janvier, matin. Quels temps nouveaux pour l’écologie politique ? Entre deuil des idéologies et (des)espoir d’un avenir meilleur, quel sens pour l’aventure humaine ?

9h30. Plénière introductive. Giovanna Di Chiro (Swarthmore College), Amphi Buffon.

10h00-12h00. Ateliers

Atelier 1. Amphi Buffon. Vers un pluralisme ontologique ? Présidence Philippe Gruca

  • Les modernes rappelés à la nature : L’histoire et l’anthropologie comme sources de la pensée écologique. P. Charbonnier (philosophie, CNRS)
  • Penser l'écologie politique dans un pays en « développement » : le Brésil à la recherche de ses racines environnementalistes . A. Acker (histoire, Institut Universitaire Européen)
  • L’histoire de l’eau : une contribution à l’écologie politique (un exemple à partir de la gestion du lac Tchad en Afrique) A. Sambo (Enseignant-chercheur, Université de Maroua, Cameroun)
  • Antiproductivisme anticapitaliste, décroissance et pluralisme libertaire , Ph. Corcuff (sciences politiques, IEP Lyon)

Atelier 2. Salle RH02A. De nouveaux récits ? Présidence Nathalie Blanc

  • Qu’est-ce que la « littérature » écologique ? Questions sur une transversalité invisible à la lueur du cas Fukushima. B. Guest ( littérature comparée, Université Montaigne Bordeaux 3)
  • Science fiction et écologie dans l’histoire. E. Hache (philosophie, Paris X-Nanterre)
  • Écologie politique et théories postcoloniales. Tentatives du « postcolonial ecocriticism ». M. Ferdinand (sciences politiques, CSPRP)
  • La vallée de l’éternel retour , la science et l’écologisme radical. J.-L. Gautero (histoire des sciences, Université de Nice).

Atelier 3. Salle RH04A. L’écologie politique, modernité ou retour à la tradition ? Présidence Fabrice Flipo

  • Leurre ou tradition retrouvée ? Modulations gabonaises du développement durable E. Bourel (anthropologie, Université Lyon 2)
  • Le paysan dans l’écologie politique : repenser la nature à partir des sciences humaines et sociales. M. Gervais (sciences politiques, EPHE)
  • À la rescousse de la Modernité : (re)lier nature et sociétés. N. Lewis (sociologie, UQAR) & J. Rebotier (géographie, CNRS)
  • Penser et critiquer la technique dans les milieux personnalistes des années 1930 : une source française de l'écologie politique. Q. Hardy (philosophie, Paris 1)

Atelier 4. Salle RH 02B. Écrire l’histoire. Présidence Stéphane Le Lay (revue Mouvements)

  • L'histoire, la Terre et nous. Quelle histoire de l'anthropocène ? C. Bonneuil (histoire, EHESS)
  • Une écologie politique du discours de la transition. R. Audet (sociologie, UQAM)
  • Interroger la production de l'oubli autour des mobilisations sociales et écologistes. R. Bécot (histoire, Centre Maurice Halbwachs)

12h-13h. Restitution des ateliers en Amphi Buffon.

 

Mardi 14 janvier, après-midi. Enquêter et théoriser. Construire l'écologie politique / De quelle sciences (théories, institutions, pratiques) a-t-on besoin ?

14h30-16h30. Ateliers

Atelier 1. Amphi Buffon. Les SHS face à l’écologie politique. Présidence Emilie Hache

  • La résistance à la prise en compte de « la nature » . F. Boudet (philosophie, Paris X-Nanterre)
  • L'aversion des SHS pour l'écologie politique. Y. Cochet ( Eurodéputé EELV, ancien Ministre de l'environnement)
  • Reclaim la sociologie? Ou la sociologie à l'épreuve de l'écologie. B. Zitouni (sociologie, Université Saint-Louis Bruxelles)
  • La sociologie de l’environnement et des mouvements sociaux face à l’écologie politique. Ph. Boudes et S. Ollitrault (sociologie, INRA Rennes et CNRS)

Atelier 2. Salle RH02A. Vers une théorie de l’écologie politique ? Présidence Bruno Villalba

  • Faut-il de nouvelles sciences pour penser la transition écologique ? D. Méda (sociologie, Paris Dauphine)
  • L’écologie politique définie par les controverses générées par sa réception. F. Flipo (philosophie, Institut Mines-Télécom/Tem CSPRP Paris 7)
  • Exploitation du travail et exploitation de la nature selon Marx : le Capital comme « sujet dominant ». J. Vioulac (philosophie)
  • L’écologie politique latino-américaine : un apport au chantier d’une version internationale. L. Robin & M. Facundo (géographie, CONICET)

Atelier 3. Salle RH04A. Théories de l’écologie politique. Présidence Anahita Grisoni

  • L’écologie : une sémiotique politique de l’espace . B. Lamizet (sciences de l’information et de la communication, IEP Lyon)
  • Political Ecology, constructivisme et pragmatisme. G. Bouleau (sociologie, IRSTEA)
  • De la prudence distanciée à l’hypothèse paradigmatique : trajectoires de la théorie politique verte. L. Semal (sciences politiques, Université Lille 1)
  • Construction des savoirs et enseignements de l'écologie politique : du conformisme à l'interobjectivation de la nature. A.F. Hoyaux & V. André-Lamat (géographie, Bordeaux III)

Atelier 4. Salle RH02B. Les enjeux du global. Présidence Stéphane Le Lay (revue Mouvements)

  • Propositions philosophiques pour une compréhension cosmopolitique de l’écologie . E. Tassin (philosophie, CSPRP Paris 7)
  • Globaliser l’écologie politique : une nécessité politique. E. Rodary & D. Chartier (géographie, IRD et Université d’Orléans)
  • De la globalisation à l’âge global : conception du monde et acteurs émergents. G. Pleyers (sociologie, IEP Paris)
  • Les services écosytémiques face à l’écologie politique : perspectives interdisciplinaires et interscalaires . T. Lamarche (économie, Ladyss), N. Blanc (géographie, Ladyss), S. Glatron (géographie, CNRS), A. Sourdril (ethnologie, Ladyss)

Atelier 5. Salle RH04B. La valeur et les valeurs. Quelles articulations ? Présidence Malcom Ferdinand

  • Dire ce qui compte : une conception pragmatique de la formation des valeurs , M. Renault (économie, Université de Rennes)
  • Le produit de la nature et le temps des hommes : don, service et rendement , F. Vatin (sociologie, Paris 10)
  • Quel sens donner à la richesse et à la valeur à l'époque de la crise du capitalisme mondial ? J.-M. Harribey (économie, Université Bordeaux IV)
  • Puissance des subjectivités et réappropriation de valeurs : l’écologie politique ou la « sortie civilisée » (Gorz) du capitalisme. Alice Canabate (sociologie, Paris 5)

17h-18h. Restitution des ateliers en Amphi Buffon.

18h Clôture du colloque.

 

 

 

 

Mentions légales